Tu seras une gourde

jeudi 8 novembre 2018

Love is in the air III

Cette note fait suite à celle-ci qui fait elle même suite à celle-là 























Et voilà qui clôt le tour des amourettes de ma vie ! Je ne suis pas fâchée que ce soit terminé, parce que non seulement c'était long à écrire puis long à dessiner et mine de rien ça m'a pris quasiment 8 mois pour en arriver au bout. Du coup ça me sortait pas mal par les trous de nez sur la fin :o

Je pense que je vais faire une cure de petites notes "one shot" histoire de poster plus souvent et sur des sujets plus variés, j'ai d'autres thèmes plus longs (comme mon passé de voleuse à l'étalage :D) mais j'ai pas le courage de me relancer là-dedans pour le moment...

Une petite précision concernant notre ami "Arnaud " : j'ai longtemps culpabilisé de l'avoir largué (et surtout parce que j'avais initialement voulu le faire comme une grosse lâche), mais j'ai appris il y a peu que ce filou faisait le coup du vautour à toutes les ex-copines du groupe. En gros il attendait que les filles cassent ou se fassent larguer par ses potes et profitait de la vulnérabilité post-rupture pour tenter sa chance. Du coup je me suis rangé mes scrupules sous le bras ça va de soi :o
 

jeudi 17 mai 2018

Love is in the air II

Cette note fait suite à celle-ci (c'est mieux de la lire, mais c'est pas essentiel) (mais c'est mieux)
























Et dire que j'avais écrit tout le texte il y a des mois et qu'en postant la dernière fois je me disais "Super ! La deuxième partie sera finie vachement plus vite !!! Et en fait bof... :D

Alors quelques petites anecdotes supplémentaires concernant cette note :

- je ne me contentais pas de zieuter chez mon voisin par la fenêtre (ce qui est déjà franchement creepy) mais je cherchais par tous les moyens à l'observer et n'ayant pas de jumelles à disposition (vous le sentez arriver le degré supérieur de creepytude ?) je regardais dans l'objectif de mon appareil photo argentique, m'imaginant que ça zoomait et que je voyais mieux.
Je devais vraiment avoir une vie très ennuyeuse en fait...

- je ne sais pas combien de quarantenaires lisent ce blog, mais peut-être vous rappellerez-vous des "cafés branchés". Ça devait être dans les années 92-93, on était en pleine campagne pour la prévention du Sida, Dechavanne avait lancé la capote à 1 franc et on voyait des 4x3 pour les préservatifs partout.
Le principe était assez simple, tu commandais un "café branché" et t'avais une capote en plus. Façon spéculoos dans la soucoupe !
Autant dire que j'ai bu des tas de cafés à cette époque. Et j'aimais pourtant pas ça. Du tout :D
Mais ça faisait des capotes pas cher... ça revenait malgré tout plus cher que celles à 1Fr, mais il faut bien dire qu'aucune d'entre nous n'aurait osé entrer dans une pharmacie et braver le regard des adultes à qui on aurait tendu notre poignée de capotes.
Alors on buvait des cafés, des taaas de cafés :D

- si certains se demandent pourquoi je me suis retrouvé à demander "des capuchons", eh bien ça vient de Fluide Glacial (je crois... ou alors BoDoï) que ma soeur achetait tous les mois. Il y avait une série qui nous faisait mourir de rire où la mère foutait la honte à son ado en le harcelant de questions sur son plan cul à venir. Elle lui disait "T'as pris tes bonnets à kiki ??" "Tu sais les p'tits capuchons !!!"
Intéressant n'est-ce pas ? \o/

- Pendant longtemps j'en ai voulu à ce Guillaume de m'avoir larguée à ce moment là. Pas parce que ça m'avait blessée, mais parce que moi, pour son anniv' j'avais sorti 450 boules du compte "jeune" que ma mère avait ouvert pour moi au CL pour lui acheter un coffret de son parfum préféré.
Le truc c'est qu'on a commencé à sortir ensemble quelques mois après mon anniversaire et il m'a largué quelques semaines avant.
Je n'ai donc jamais eu de cadeau de sa part hormis le jean rouge moche qui était visiblement destiné à la benne :D
Oui j'étais comme ces enfants pour qui le père Noël peut bien crever tant qu'il a eu le temps de déposer les cadeaux avant..: :X